13/04/2009

Excalibur

Ma mission :  réaliser une aile volante de combat en EPP, électrique de petit gabarit.


Donc il fallait une aile très robuste, légère et agile, très facile à piloter pour pouvoir se concentrer sur le combat, le tout pour un budget très raisonnable.


 

 

 

L'excalibur est le résultat d'une longue évolution de la mini baietz de Patrick Dottax, évolution sur quasiment une dizaine de modèles.


J'ai utilisé pour la première fois de l'EPP coloré qui se découpe aussi facilement que de l'EPP blanc. L'aile peut être découpée dans de l'expansé dense pour le sol, la longévité sera moindre, mais le cout aussi (facilement divisé par 10). Heureusement l'Excalibur est très économe en EPP : 1/3 de plaque pour l'aile et une chute pour le fuselage.

 

Pour éviter le charcutage et l'enscotchage habituel des ailes sans fuselage indispensable pour tout caser à l'intérieur, j'ai ajouté un fuselage afin d'obtenir un modèle propre.



Ce fuselage permet d'ajuster le centrage très simplement en modifiant la position de l'accu, ce qui permet d'adapter l'aile à pas mal de moteurs et accus.

La verrière permet l'accès à la cabine, le blocage se fait sans scotch ni aimant , simplement grace aux contre dépouilles.

 

Envergure 74 cm 

Masse 180g sans l'accu

Profil TSAGI12 modifié

Servos 2x 8g

Accu lipo 3S 450 à 800mah

Moteur hyperion Z1705-11 ou équivalent ( 17g 2250kv)

Hélice 6x4

 

Le Plan

Le plan général au format DXF et les fichiers cnc pour GMFC pro : excalibur.zip

 

 

Le vol 

Il est sans surprise pour une aile volante : large plage de vitesse, très grande maniabilité avec, c'est à souligner, une très bonne stabilité en tangage. 

Grace à la puissance de ma motorisation l'aile monte verticalement très vite sans s'essouffler, parfait pour le combat.




Tonneaux, boucles sur place ou de grand diamètre, vol dos, seul l'absence de dérive limite un peu les évolutions.

Les collisions en vol sont sans conséquences et les rencontres avec la planètes se soldent au pire par une hélice déboitée ou une dérive froissée (facile à changer)

Le lancé se fait par le saumon, mas de risque de se couper avec l'hélice et le retour de mission, dans la main.

Donc un vol sans histoire pour se concentrer sur « l’adversaire » 


 

Construction

 

Donc en EPP c'est le mieux, et en couleur parfait pour simplifier la déco.

En tout cas un FIL CHAUD CNC EST INDISPENSABLE.

 

L'epp c'est cher mais l'aile ne consome qu'un tiers de plaque en se débrouillant bien.

Chaque pièce se découpe dessus profil (side) et dessus (top).

L'aile se compose  de 4 parties :

-Le fuselage (fuselagetop et fuselageside.cnc)

-Le tronçon central de l'aile (ail1top et aile1side.cnc)

-L'aile proprement dite (aile2top et aile2foil.cnc)

-Les dérives (dérive.cnc)

 

La  découpe

 

Chaque pièce est donc découpée dessus puis profil.

 

1-L’aile principale a la particularité d’être aussi découpée non seulement de profil mais aussi de dessus. Ainsi on évite les erreurs de parallélisme, les angles compliqués , on est sur d’avoir 2 ailes identiques et la découpe du passage de la clé d’aile est d’emblée parfaite.


Pour que ça se passe bien :

Découper la première aile (droite)  au plus bas dans un bloc de 80cm d’épaisseur. Pour découper l’aile gauche il faut retourner le bloc SELON L’AXE DES X, et de sélectionner bien sur aile gauche.

On se retrouve alors avec les 2 tronçons l’un au dessus de l’autre, les 2 emplantures du même coté, extrados face à extrados.

 

ATTENTION : Il est important de laisser 5mm entre l’entrée du bloc et le début de la découpe (bord de fuite) pour obtenir un bord de fuite net. De plus  pour faciliter la découpe aile2top le point le plus bas du fichier aile2top se situe à 5mm au dessus du bord de fuite. Donc c’est pourquoi le fichier aile2top est paramétré « hauteur de base 10mm » (5mmde marge bord de fuite+ 5mm de marge du fichier aile2top)

Il reste donc  pour réaliser la découpe aile2top à  poser le bloc (dépouille et contre dépouilles emboitées) sur la tranche côté bord de fuite, l’emplanture du côté du o de votre table.

 

Une fois découpeé, Reste à ‘démouler’  ce tas d’epp, et finir de couper les extrémités des bord de fuite au cutter.

Ca peut sembler compliqué mais en fait non ;)

 

2-Fuselage:

Découpé desus et profil puis évidé comme sur la photo au cutter pour ouvrir la cabine.



 

3-Dérives

J'ai coupé mes dérives dans de la feuille d'epp 6mm mais il est possible de recouper en tranche une plaque, ça fera des dérives de rechange. Elles viennent s’enboiter dans les encoches du tronçon central un peu de scotch sufira à les maintenir et les rendra démontables.

 

4-tronçon central :

Rien à signaler .


 

Le montage

 

Avant tout les servos sont placés dans leurs logements neutres réglés paloniers en place, les logements en triangle sont aménagé à l’emplanture de l’aile pour laisser débattre le servos librement et sortir la commande.


Les éléments fuselage /aile1 / aile2 sont assemblés à la polyuréthane, qui garanti une tenue parfaite même si le maintien des pièces est délicat durant le séchage. Pour permettre à la colle de bien s’expanser je mouille généreusement au pinceau les surfaces avant de les encoller. Attention si l’eau dégouline partout, le ruban adhésif de maintien ne colle pas du tout sur l’epp mouillé…


Une clé en matière plastique (polystyrène dur pour ma part , celui des pots de yaourt) ou en CTP 1,5mm fera l’affaire. Idem pour le bati moteur.


Les commandes doivent être soignées pour obtenir des débattements symétriques.

Les volets d’ailerons sont simplement articulés par l’épaisseur restantes (si votres cnc ets bien réglée ;) . La charnière obtenue peut être assouplie en ponçant légèrement l’articulation en amenant le volet en position extrèmes.

Si vous faite une aile en polystyrène simple et non en EPP, ça marchera pas , après avoir séparé les volets, il faut soit utiliser du scotch, ou mieux un cordon de silicone fin , comme sur les planeurs tout plastique.

 

Réglages

 

Centrage : 5mm en avant de la clé d’aile

Débattements : profondeur +10 -10 ailerons +12 -12 (régler ça sur le mixage delta si c’est possible).

Un peu d’expo à la profondeur facilite la tenue de l’assiette.

Il est très important de régler le différentiel, si un ailerons débat trop vers le bas lors d’une action sur les ailerons, l’aile s’enfonce dans les virages et c’est très désagréable. Une fois réglée c’est un régal.


 Si Vous construisez cette aile contactez moi :

turbi40@gmail.com

 

 

 

 

Membres